[skip to content]

Des formations professionnelles pour les jeunes

29/06/2012

Meetee, jeune Thaïlandaise de 23 ans, a commencé à faire des projets d’avenir le jour où elle a été conviée à participer à un projet-pilote de formation au management d’hôtel mené par PLAN. Retour sur une belle évolution professionnelle.

Des conditions de vie difficiles

Meetee vit avec sa famille dans un village de la province de Chiang Rai et elle n’a jamais vraiment eu de temps pour elle, que ce soit pour se former ou s’amuser. Dès l’enfance, elle a du faire de nombreux sacrifices pour sa famille et elle a commencé à travailler très tôt. Ses parents ne pouvant pas financer 2 scolarités, seul son frère a été à l’école.

Des petits boulots et un statut précaire

Même si elle était fière d’aider sa famille, Meetee désespérait de sa situation et de l’avenir qui semblait l’attendre. Non-scolarisée et apatride, cela lui laissait peu d’espoir de trouver un bon emploi. Après avoir enchaîné les petits boulots peu rémunérés, à l’usine ou dans la vente de vêtements, elle est devenue femme de ménage dans un hôtel. Elle a passé 4 ans à laver le hall et le restaurant, à donner des coups de main par-ci, par-là.

Une opportunité à saisir

Sa vie a changé le jour où le chef de son village lui a parlé d’un projet-pilote mené conjointement par PLAN et l’Institut international de développement des compétences de Chiangsaen (CIISD). Destiné aux filles apatrides, ce programme propose de dispenser une formation au management d’hôtel. Avec 29 autres jeunes filles, Meetee a participé au programme qui lui a permis d’acquérir de nouvelles compétences professionnelles : travailler dans un restaurant, cuisiner, apprendre à faire les lits, etc.. Elle a également appris à lire et à écrire.

Une vie transformée et un avenir plus sûr

Après 4 mois de formation et 2 de stage, elle a été embauchée dans l’hôtel où elle travaillait déjà, pour s’occuper cette fois de la réception. Ce fut une véritable promotion pour elle. Grâce à son salaire plus élevé, elle arrive mieux à subvenir aux besoins de ses proches. Par exemple, elle permet à ses deux jeunes sœurs d’aller à l’école. Ce programme lui permet donc de s’épanouir, tout en bénéficiant indirectement à sa famille.
Qu’en sera-t-il de l’avenir ? Cette dimension est intégrée dans le projet-pilote : les jeunes filles sont suivis par les équipes PLAN qui veillent à ce que les compétences des stagiaires soient et demeurent adaptées aux besoins du marché, afin de leur garantir la stabilité de l’emploi. Le cas de Meetee témoigne de cette réussite : à présent, elle a plus confiance en l’avenir : « Même si je suis une apatride, je n’ai plus peur de l’avenir car j’ai un bon emploi. »