[skip to content]

Urgence au Sahel : la situation s'aggrave

06/06/2012

La situation actuelle au Sahel est aggravée par l'arrivée massive de populations déplacées à l'intérieur du Mali et vers les pays frontaliers. Plus de 1,5 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë sévère. Plus de 18 millions de personnes, dont près de la moitié, constituée d’enfants de moins de 17 ans, sont confrontées à un risque d’insécurité alimentaire ; près de 500 000 Maliens sont des déplacés internes ou se sont réfugiés dans des zones où les ressources se faisaient déjà rares.
« La double crise constituée par la crise alimentaire au Sahel, et l'arrivée massive de réfugiés du Mali, pourrait, au fil du temps, être responsable de la perte d’un grand nombre de vies humaines, équivalent aux dernières grandes catastrophes humanitaires » déclare Adama Coulibaly, Directeur Régional de PLAN pour l’Afrique de l’Ouest.
En Avril, les prix des céréales qui étaient au-dessus de la moyenne au Burkina Faso, au Mali et au Niger, ont encore augmenté, affectant les communautés qui faisaient déjà face à une pauvreté chronique. Le conflit Malien a compliqué la situation : prix élevés et récoltes faibles, avec un accès presque impossible à la nourriture dans la région du Sahel, et cela, jusqu’aux prochaines récoltes prévues en octobre.

Beaucoup de familles ont dû vendre leur bétail pour se nourrir. Certaines, encore plus désespérées, mangent les semences qui devaient servir pour la saison prochaine.

L'intervention de PLAN
« L’intervention de PLAN au Sénégal, au Burkina Faso, au Mali et au Niger se concentre sur le bien-être des enfants, la distribution de biens et de denrées alimentaires, la reprise de leur éducation scolaire, et offre des espaces sûrs pour les enfants dans les camps de réfugiés. La réponse à la crise exige d’énormes ressources financières et humaines. PLAN a besoin du soutien de tous à travers le monde, pour assurer la sécurité de dizaines de milliers d’enfants », poursuit M. Coulibaly.

PLAN soutient des familles à travers la région, dans les camps de réfugiés, les personnes déplacées et les communautés vulnérables qui n’ont pas accès à assez de nourriture et de soins d’hygiène.

Burkina Faso :

  • PLAN a construit des latrines dans le camp de Mentao, dans la province de Soum, procurant accès à des installations sanitaires à 7 777 personnes.
  • PLAN appuie les autorités locales pour permettre aux élèves réfugiés de rattraper leurs cours.
  • Des projets liés à l’insécurité alimentaire à Sanmatenga et à Namentenga seront mis en œuvre courant de ce mois.

Mali :

  • PLAN prend en charge les populations déplacées à l’intérieur du pays dans six communes de Bamako.
  • 1 550 enfants et 4 482 familles ont été aidés par une distribution de denrées alimentaires.
  • Plus de 1 000 élèves déplacés à Kati ont reçu des kits scolaires pour les aider à terminer leur cursus.

Niger :

  • PLAN a en charge un camp de réfugiés en partenariat avec les Nations-Unies.
  • PLAN fournit de l’eau potable, de la nourriture et assiste les réfugiés qui sont arrivés avec leurs animaux et qui se sont installés à proximité de la frontière près du camp de Ayourou.

Au Cameroun et au Sénégal, PLAN fournit une assistance immédiate, mais intensifie également ses efforts en matière de prévention et de sensibilisation à travers des programmes existants.
Grâce à un partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial, PLAN au Sénégal va conduire un projet nourriture-nutrition à travers trois régions : Louga, Thiès et Saint Louis, auprès d’une population estimée à 1 462 237 personnes et avec 11 769 de cas signalés de malnutrition aiguë sévère chez des enfants.