[skip to content]

Nos Jeunes reporters sont de retour !



Nos 3 Jeunes reporters, Judith, Raphael et Alison, sont rentrés de Yaoundé après avoir effectué un reportage dans le quartier de la Briqueterie où PLAN mène un projet d'accès à l'éducation des filles. Pendant plus d’une semaine, ils ont rencontré des jeunes filles n’ayant jamais été à l’école, ayant dû brutalement l’abandonner ; ou y ayant eu accès très tardivement.

« Aller à la rencontre de toutes ces jeunes filles, c'est mettre des visages sur ce problème. Je garde en mémoire le regard triste d’Aminatou qui rêve d'être infirmière mais ne peut plus aller à l'école car ses parents n'en ont pas les moyens, mais aussi celui de Meramo Bella qui grâce à l’argent de son oncle et à une bourse scolaire versée par PLAN a pu commencer l’école l’an dernier, à 11 ans » souligne Judith.

A travers les témoignages de mères, pères mais aussi de chefs traditionnels, de chefs religieux et des autorités locales, ils ont mieux compris les freins qui empêchent encore aujourd’hui ces jeunes filles d’avoir accès à l’éducation mais aussi le long travail de sensibilisation qui est mené pour faire changer les mentalités.

Une des rencontres a été particulièrement forte pour nos jeunes reporters, celle avec Hawaou Adamou, présidente de l’Association des Femmes Haoussas pour le développement (AFHADE). Cette femme, qui travaille aux côtés de PLAN sur le projet de la Briqueterie, leur a raconté avec émotion son histoire personnelle (déscolarisée à 8 ans, mariée à 16 ans, puis exploitée par sa belle-famille) et ce qu’elle fait aujourd’hui au quotidien sur le terrain pour gagner la confiance des communautés.

Pour nos jeunes reporters, ce tournage fut très riche en échanges et plein d’espoir « Même si les situations des familles sont difficiles, nous avons pu constater l’enthousiasme et l’énergie des équipes PLAN et AFHADEV sur le terrain pour faire évoluer petit à petit les choses ce qui est synonyme d’espoir pour qu’un jour tous les enfants et filles de la Briqueterie puissent prendre le chemin de l’école… » précise Judith.

« Cette expérience sur le terrain m'aura transformée et j'espère que notre travail aura permis de mieux faire comprendre la réalité de la situation de ces jeunes filles et de la communauté haoussa. Les mots clés de ce tournage auront été la communication, le partage et l'humilité » souligne Alison.

Le tournage achevé, la phase de dérushage et de montage a débuté…. avec en perspective la diffusion de cette vidéo lors du lancement de la 1ère journée internationale des filles le 11 octobre prochain. Nos Jeunes reporters seront au Sénat pour raconter leur aventure camerounaise !

Découvrez